Vous vous posez des questions sur le lien entre votre mal-être au travail et votre prise de poids ? Vous pensez que vos conditions de travail sont la cause du dérèglement de votre conduite alimentaire ? Ce n’est pas tout à fait exact…

D’après les chiffres du baromètre national du bonheur au travail, 34% des français sont insatisfaits dans leur travail et environ un salarié sur deux éprouve du stress ou de la fatigue dans sa vie professionnelle (dont 24% sont en situation de burn-out). De plus, l’essor du télétravail avec la pandémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver le surmenage professionnel.

Les études ont démontré que le mal-être au travail n’a pas d’incidence directe sur le poids. Cependant, notre incapacité à gérer les stress qui y sont associés peut induire des troubles du comportement alimentaire et une augmentation du volume corporel.

Mais voyons cela plus en détails !

Quelles sont les principaux signes d’un mal-être au travail ?

Stress et surpoids

 

Selon sa personnalité et son histoire, chaque personne aura sa propre expérience, son ressenti intrinsèque. Certaines personnes peuvent même être dans un déni de leur mal-être et ne pas se sentir concernées !

Le premier symptôme d’un mal-être au travail est un stress intense pouvant avoir des conséquences sur la santé. Je ne parle pas ici du « bon » stress : celui qui va vous booster pour finir un dossier et avancer vers vos objectifs. Non ! Je parle du stress qui provient d’un déséquilibre entre investissement et récompense, d’une charge de travail trop importante, de conflits, etc… Ce type de stress, s’il perdure, peut avoir des conséquences graves sur la santé et la vie privée (anxiété, irritabilité, fatigue intense, insomnies, malaises, troubles du comportement alimentaire, comportements addictifs, …).

Autre symptôme, la baisse de l’implication, de la motivation et de l’engagement au travail. Vous ne vous retrouvez plus dans les valeurs de votre entreprise, votre travail perd son sens, son intérêt. Vous n’arrivez plus à vous lever le matin et partez la boule au ventre.

L’addiction au travail engendre également un mal-être professionnel. Passer un temps excessif au travail en délaissant la famille, les amis et les loisirs favorise le stress et les problèmes de santé. De plus, contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’addiction au travail n’est pas synonyme d’efficacité et de productivité !

Même si ma liste n’est pas exhaustive, vous remarquerez que le dénominateur commun est le stress. Ce stress, lorsqu’il devient chronique, peut engendrer des conséquences graves.

Mal-être au travail et prise de poids : Le stress en première ligne

Le stress est une réaction adaptative de notre corps

 

Le stress est une réponse à des émotions, des ressentis d’insécurité, des sensations désagréables. Il y a deux types de stress : le stress physiologique (ne pas donner à son corps ce dont il a besoin) et le stress psychologique (perceptions négatives de notre réalité). Le cerveau ne sait pas faire la différence entre stress physique et psychologique et il va gérer ces situations de la même manière.

Pour le cerveau, Stress = Danger !

Il va alors ordonner la sécrétion d’adrénaline et de cortisol. Ces hormones ont pour but de préparer le corps à la fuite ou au combat. Elles génèrent une augmentation du rythme cardiaque et une respiration accélérée, une tension de tous les muscles, une concentration accrue… Ces comportements réactifs sont très gourmands en énergie et nous poussent à manger plus ou plus gras et plus sucré.

De plus, ce sentiment d’insécurité intérieure nous incite à rechercher du réconfort dans la nourriture pour se rassurer, voire anesthésier un ressenti douloureux. C’est pourquoi le mal-être au travail entraîne une prise de poids…

Les études ont démontré que des souris stressées se détournent rapidement de leur nourriture originelle pour choisir des aliments hypercaloriques, riches en gras et en sucre. De plus, ces souris vont prendre deux fois plus de poids que des souris non stressées soumises au même régime. Chez l’Homme, le processus est identique !

Mal-être au travail : Prise de poids ou perte de poids ?

Si la majorité des personnes stressées prennent du poids, d’autres vont au contraire beaucoup maigrir. Cela vient de notre génétique et des comportements inconscients mis en place dès l’enfance pour faire face au danger.

Un comportement réactif de fuite va provoquer un amaigrissement important malgré une alimentation normale. Parfois, on peut fuir aussi la nourriture et sombrer dans l’anorexie. Le but étant de ne pas être vu et/ou de s’alléger afin de courir plus vite, pour « fuir le prédateur ».

La lutte se caractérise au contraire par de la prise de volume. Inconsciemment, comme les animaux, nous cherchons à mettre du volume autour de nous pour « faire peur au prédateur ».

Un autre comportement non conscient en lien avec le danger concerne la soumission. Cette réaction va se traduire par des crises de compulsion alimentaire, de boulimie ou d’hyperphagie avec un profond sentiment d’impuissance et de fatalité.

La façon dont nous mangeons en dit long sur notre mode de fonctionnement et les combats que nous menons tous les jours au travail et dans notre vie personnelle.

Nous ne sommes pas constitués pour lutter (ou fuir) en permanence. Il est donc primordial de veiller à son bien-être général et d’engager un travail de retour à la santé lorsque cet équilibre est rompu.

Mal-être au travail et prise de poids : Quelles solutions ?

Dans ma pratique professionnelle, 80% des personnes qui viennent me voir pour des problèmes de poids ne se sentent pas bien dans leur travail, sont au bord du burn-out ou en ont déjà fait un ou deux.

Leur état d’esprit et leur estime d’elles-mêmes sont catastrophiques et elles ne voient pas comment sortir de cet enfermement.

En cas de mal-être professionnel, il est intéressant de commencer par se poser et faire un état des lieux : Quels sont les faits ? Comment je gère les ressentis correspondants ? Quels sont mes besoins, mes souhaits ? Ces questions vous permettent de faire un premier pas vers la prise en main de votre situation. N’attendez pas qu’il soit trop tard pour vous faire accompagner si vous sentez ne pas pouvoir y arriver seule ! Il existe un grand nombre de techniques et thérapies très efficaces pour vous aider et c’est à vous de choisir celle qui vous correspond le mieux.

Pour ma part, je vous expose ici la façon dont je travaille et quels sont les leviers que j’utilise dans mon accompagnement. Mon objectif étant de vous amener à regagner confiance et estime de vous, énergie pour reprendre votre vie et votre santé en main, et enfin retrouver votre poids de forme.

  • 1ère étape: Vous retrouvez votre instinct alimentaire (Manger quand on a faim et arrêter de manger à satiété sont la base du comportement alimentaire). Je vous explique ce qu’est la « vraie » faim et vous accompagne dans vos expérimentations pour trouver votre propre rythme. Dès ce stade, les compulsions alimentaires diminuent ou cessent complètement.
  • 2ème étape: Je vous apprends à gérer au mieux vos stress conscients, à retrouver un équilibre émotionnel et le recul nécessaire pour vous protéger.
  • 3ème étape: Nous travaillons ensemble à la compréhension et la modification de vos comportements inconscients auto-saboteurs qui vous bloquent et vous enferment dans un cercle vicieux de dévalorisation et de frustrations. Cette technique très efficace est la clé de voûte de mon travail.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une approche holistique qui prend en compte la personne dans tous les domaines de sa vie, qu’elle ait des problèmes de poids ou pas d’ailleurs ! Les troubles du comportement alimentaire et autres comportements addictifs ne sont que les symptômes d’un mal-être profond !

Des conditions de travail dégradées et/ou des pratiques managériales inadaptées sont autant de facteurs qui réduisent notre bien-être au travail. Ajoutons à cela les conditionnements et injonctions transmis depuis l’enfance via l’éducation et la boucle est bouclée ! Nous nous retrouvons enfermés, ficelés dans des schémas qui ne nous correspondent pas et dont nous n’arrivons pas à sortir car nous n’avons pas appris à faire autrement. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’en sortir…

Il suffit simplement de le décider !!