Savez vous faire la différence entre le besoin et l’envie de manger ?

Beaucoup d’entre nous mangeons en fonction de ce que nous jugeons diététiquement correct. Nous décidons quoi manger, quand et en quelle quantité. Nous mangeons parce-que c’est l’heure ou par peur d’avoir faim plus tard. Et aussi, nous finissons notre assiette car on nous a toujours dit : « Finis ton assiette ! On ne gaspille pas la nourriture ! ». Nous veillons également à faire 3 repas équilibrés par jour… 

Or, ces injonctions dérèglent totalement notre système de régulation interne : Nous ne savons plus écouter nos ressentis qui sont là pour nous guider dans la vie, et notamment dans notre comportement alimentaire. Nous n’écoutons plus notre faim et notre satiété. Et pour beaucoup, ces sensations ont même totalement disparu.

Certaines personnes arrivent à maintenir un poids stable en agissant ainsi et c’est très bien. Cependant, pour la grande majorité, la prise de poids est inévitable ! Pourquoi ? Parce que notre corps est constitué pour faire des réserves ! Donc si nous lui donnons à manger alors qu’il n’en a pas besoin, il va stocker, tout simplement !

L’instinct alimentaire

Instinct alimentaire

Nous naissons tous avec un instinct totalement inconscient et autonome qui permet d’équilibrer nos apports alimentaires et nos besoins énergétiques. Il suffit d’observer le comportement des nourrissons pour s’en rendre compte. Un bébé n’est pas encore en capacité de conscientiser son alimentation : lorsqu’il ressent la faim, il va réclamer son lait et va prendre exactement la quantité qu’il lui faut, ni plus, ni moins ! Certains prendrons peu de lait et d’autres réclamerons plus car ils auront encore faim. Nous ne sommes pas des robots et nos comportements sont totalement personnels ! Imposer un rythme et une quantité bien définie à un enfant revient à le couper de ses ressentis, donc de lui-même.

La fonction naturelle de la nutrition : Le besoin de manger

Lorsque notre corps a besoin de faire le plein d’énergie, il va nous envoyer un signal : la faim, suivie d’une envie de manger. Si nous écoutons nos ressentis, que nous respectons nos envies et que nous mangeons en quantité suffisante, nous sortons de table réconfortés et ne pensons plus à manger.

Finalement, nous ne devrions pas avoir à « penser » à manger. Manger est un acte naturel comme dormir ou respirer ! C’est donc le ressenti de faim qui doit nous faire lever la tête et nous dire : « Tiens ! J’ai faim ! Si je mangeais ? ».

Chacun de nous a son propre rythme. Certains auront besoin d’un seul repas par jour et d’autres mangerons en plusieurs fois. Je le rappelle ! Nous ne sommes pas des robots ! Nous imposer des règles alimentaires communes dénature totalement notre capacité à nous auto-réguler.

De plus, face aux difficultés du quotidien, notre cerveau va chercher à nous réconforter, nous rassurer. La solution gagnante qu’il va alors trouver est de se servir de la nourriture comme d’un anti-dépresseur, un anesthésiant de nos ressentis douloureux. C’est comme ça que nous confondons vraie faim et fausse faim !

Comment faire la différence entre le besoin ou l'envie de manger ?

Tout d’abord, pour venir à bout de ce système de compensation, il est indispensable de connaître la différence entre la vraie faim et la fausse faim.

La vraie faim correspond à un besoin physiologique. Elle est ressentie dans le corps de diverses manières :

  • Sensation de creux, gargouillis et crampes à l’estomac
  • Légère sensation de fatigue avec difficultés de concentration

Ces signaux nous indiquent qu’il est temps de manger !

Par contre, si vous ressentez de l’énervement, de l’irritabilité, une sensation d’urgence à manger, des nausées ou des maux de tête, c’est que vous avez trop attendu et que votre corps est en manque de nourriture, donc en stress. Cet état peut réveiller une mémoire de famine et vous pousser à vous jeter sur la nourriture et à stocker.

La fausse faim, elle, correspond à un besoin psychologique de compenser un mal-être intérieur (conscient ou inconscient). Elle est donc ressentie dans la tête ! Elle nous donne envie de manger et va nous attirer vers des aliments souvent hypercaloriques et à forte palatabilité, c’est-à-dire riches en gras, sucre et sel.

Comment faire pour trouver et respecter sa vraie faim ?

Pour ressentir la vraie faim, il suffit de cesser de s’alimenter jusqu’à ce qu’elle apparaisse ! Attendez que votre ventre se manifeste de façon claire et insistante (mais pas trop) et mangez ce qui vous fait plaisir, sans vous préoccuper de l’heure qu’il est, du nombre de calories de votre assiette ou de la composition de votre repas. Vous serez surpris de voir que vous n’allez pas manger autant que vous le croyez. En règle générale, lorsque nous respectons notre vraie faim, la satiété s’installe naturellement et nous permet de savoir lorsque nous avons assez mangé.

Envie ou besoin de manger ?

A force de faire des régimes ou d’oublier les besoins de leur corps, certaines personnes ne ressentent pas les premiers signaux de faim et mangent souvent trop tard… Dans ces cas-là, mieux vaut se faire accompagner.

Les peurs et croyances qui nous freinent

perte contrôle alimentaire

 

Pour pouvoir respecter notre vraie faim, encore faut-il dépasser nos peurs et croyances autour de la nourriture.

La peur la plus courante est celle de sauter un repas, associée à la croyance que nous allons manquer d’énergie (ou pire, faire un malaise) si nous ne mangeons pas. D’autres peurs peuvent apparaître également, souvent inconscientes :

  • Peur de perdre le contrôle sur son alimentation
  • Peur de manquer de nourriture
  • Peur d’avoir faim
  • Peur de désobéir aux injonctions parentales si on ne finis pas son assiette
  • Peur du rejet de la famille si on maigris alors que tous les membres sont en surpoids (loyautés familiales)
  • Peur de perdre sa place (si je maigris, je ne pourrai plus m’imposer, on ne me verra plus…)
  • Et bien d’autres encore….

Ces craintes sont souvent bien ancrées et provoquent des stress qui vont nous pousser à manger ou stocker. Dans ce cas, un accompagnement est nécessaire !

En réalité, si nous respectons notre instinct alimentaire et la fonction naturelle de nutrition, nous ne pouvons pas prendre de poids. Notre corps est constitué pour maintenir un poids d’équilibre, à condition de lui faire confiance et de répondre à ses besoins quand il le demande.